Redoutant l’extension de la fronde médicale contre le projet de loi Bachelot, et un mouvement de contagion qui risquait de devenir incontrôlable, l’exécutif s’est employé éteindre méthodiquement, la semaine dernière, les principaux foyers d’incendie. En médecine libérale d’abord, devant la contestation grandissante des internes, des chirurgiens libéraux et des syndicats de spécialistes installés, Roselyne Bachelot semble avoir renoncé à légiférer pour limiter les dépassements d’honoraires dans les cliniques (via un quota d’actes), renvoyant le sujet à la négociation conventionnelle. Le gouvernement devrait donc accepter, notamment, la suppression de l’amendement « Préel » adopté en première lecture qui avait mis le feu aux poudres.
À l’hôpital ensuite, où la question de la gouvernance des établissements devenait explosive, Nicolas Sarkozy a directement pris la main en convoquant des médecins hospitaliers à l’Élysée, affichant sa volonté de dissiper les « malentendus » et de poursuivre un dialogue « constructif ». Il a néanmoins réaffirmé le rôle du directeur.
Ces signes d’apaisement suffiront-ils ? De très nombreux syndicats et organisations continuaient à appeler à la mobilisation générale et à la démonstration de force de la communauté hospitalière, demain, 28 avril, pour une journée qui s’annonce déjà comme un test décisif.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :