En 2009, environ 15 000 personnes attendaient un organe, dont un peu plus de 10 000 un rein. Sur les 3 120 transplantations rénales réalisées cette même année, 223 l’ont été grâce à des donneurs vivants. Un don d’organe, qui concerne essentiellement les reins (prélèvement moins risqué qu’une partie du foie) et possède un retentissement éthique particulier. A ce titre, le don croisé d’organe, petit espoir supplémentaire pour les patients en attente de greffe, nécessite un encadrement spécifique.

En quoi consiste le don croisé d’organes?

Un homme, appelons le Jules, souhaite donner un rein à son épouse Marie, souffrant d’une grave insuffisance rénale. Mais leur incompatibilité empêche toute transplantation. Une jeune femme, nommée Julie voudrait donner son rein à son frère malade, Marc, mais des groupes sanguins différents ou leurs caractéristiques antigéniques propres à chacun rendent impossible l’intervention.

Or, le hasard veut que Jules et Marc soient parfaitement compatibles pour envisager un don d’organes. De la même manière, le rein que Julie est prête à donner peut tout à fait être transplanté chez Marie. Pourquoi alors ne pas envisager un don croisé d’organes, entre ces binômes qui ne se connaissent pas? Une option impossible en France jusqu’il y a peu.

Lire la suite

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :