ET VOUS, êtes-vous attentifs aux douleurs d’autrui ?

Êtes-vous de ceux qui versent une petite larme à l’évocation d’un vécu douloureux, ou plutôt de ceux que cela indiffère ? Quoi qu’il en soit, sachez que votre comportement est pour une part déterminé par la génétique. C’est en tout cas ce que viennent de découvrir les chercheurs de l’Université de l’Oregon (nord-ouest des États-Unis). Comment ? Ils ont observé pendant 20 secondes la réaction de 23 personnes auxquelles 23 autres venaient de raconter un épisode douloureux de leur vie. Puis ils ont opposé le résultat de leurs observations au patrimoine génétique des sujets. C’est le gène récepteur à l’ocytocine (encore appelée hormone de l’amour) qui était l’objet de toute leur attention, avec pour présupposé que le gène G prédispose plus à l’empathie que le A. De fait, 9 fois sur 10, les observateurs ont correctement identifié les auditeurs les « moins attentifs » comme ceux porteurs de la variante génique AA, tandis que 6 sur 10 jugées les plus « empathiques » portaient la combinaison GG. C.Q.F.D.

D.D.

Le Quotidien du Pharmacien du : 24/11/2011

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :